Apprendre à relativiser

 19 novembre 2011

Que regardons nous lorsque nous voyons les choses en noir ?

Parfois nous voyons notre vie comme une longue suite de problèmes. Nous voyons tout en noir. Notre vue de l’avenir est pessimiste, car nous la regardons à travers nos problèmes actuels.

Mais, est-ce que nous nous mentons pas un peu, à ce moment là. Si nous regardons autour de nous, est-on vraiment dans une situation horrible à ce point ?

Je pense que parfois, il est important de se rappeler notre situation réelle. Nous regardons souvent ce que nous n’avons pas, ce que les autres ont et que nous n’avons pas. Evidemment, en faisant ça, nous nous rendons malheureux.

Mais lorsque nous nous comparons aux autres, prenons nous le temps de regarder aussi ceux qui ont moins. Si vraiment nous voulons être honnêtes en regardant notre situation, nous devrions autant regarder ceux qui ont moins, que ceux qui ont plus. Est-ce que c’est ce que nous faisons ?

Nous sommes 7 milliards sur Terre

Si vous êtes en France, et quelque soit votre situation, vous avez plus que la plupart des gens sur cette planète. Lorsque nous regardons la situation des habitants de cette planète, de nombreuses personnes n’ont même pas suffisamment à boire ou à manger. Beaucoup connaissent la guerre ou l’insécurité.

Alors sommes nous chanceux ou pas de vivre en France ?

Lorsque nous passons du temps à nous plaindre du fait qu’il y a trop d’impôts, que la vie est trop chère, qu’il y a trop de violence, que nous ne gagnons pas assez…

Bien sûr, les choses peuvent toujours être meilleures et améliorées. Mais, ne passons nous pas alors trop de temps à regarder ce qui ne va pas ?

Prenons nous assez de temps pour regarder ce qui va bien ?

Il y a environ 6 milliards de personnes sur cette terre qui vivent dans des conditions moins avantageuses que nous.

Si on réduisait la taille du monde à un village, quelle serait notre situation par rapport aux autres ?

Ikeda Kayoko et C. Douglas Lummis ont imaginé ce que ça donnerait. Cette étude a été faite, quand nous étions 6,5 milliards d’habitants. Actuellement, nous venons de dépasser les 7 milliards. Mais, à quelque chose prêt, les proportions n’ont pas beaucoup changées.

En voici le résultat :

Si on réduisait le monde à un village de 100 personnes, à quoi ressemblerait-il ?

  •  52 habitants seraient des femmes, 48 seraient des hommes.
  • 30 seraient des enfants, 70 des adultes et parmi eux, 7 seraient vieux ..
  • 70 habitants seraient « de couleur», 30 seraient « blancs».
  • 61 seraient asiatiques, 13 africains, 13 d’Amérique du Nord et du Sud, 13 européens, 1 du Pacifique Sud.
  • 17 parleraient chinois, 9 anglais, 8 hindi, 6 espagnol, 6 russe et 4 arabe, ce qui représenterait la moitié du village. L’autre moitié parlerait bengali, portugais, indonésien, japonais, allemand, français et d’autres langues.
  • Mais aussi dans ce village 20 habitants souffrent de malnutrition, 1 meurt de faim et 15 sont trop gros.
  • Les richesses du village : 6 personnes en possèdent 59 % (toutes ces personnes sont aux  Etats-Unis), 74 en possèdent 39 % et 20  se partagent les 2 % restant.
  • Les sources d’énergie du village : 20 personnes en consomment 80 % et 80 habitants se partagent les 20 % restants.
  • 75 personnes ont des provisions de nourriture et un endroit pour les mettre à l’abri, mais 25 n’ont rien de tout cela, 17 n’ont pas d’eau potable à boire.
  • Si vous avez de l’argent déposée à la banque ou quelques pièces de côté à la maison, vous faites partie des 8 plus riches.
  • Si vous avez une voiture vous faites partie des 7 plus riches.
  • Parmi les habitants du village, 1 étudie à l’université, 2 possèdent des ordinateurs et 14 ne savent pas lire.
  • Si vous ne vivez pas dans la peur de mourir victime d’un bombardement, d’une attaque militaire, du déclenchement d’une mine, d’être kidnappé par un groupe armé, vous avez plus de chance que les 20 habitants qui vivent avec cette peur.
  • En 1 an, une personne du village mourra, mais dans la même année 2 bébés naîtront, si bien qu’à la fin de l’année le village comptera 101 habitants.

D’après: « Si le monde était un village de 100 personnes» de Ikeda Kayoko et C. Douglas Lummis. 

Editions Picquier Jeunesse 

 

Le bonheur est une manière de penser et de voir la vie : découvrez le ici

 

US

4 Commentaires

  1. béatrice
    |

    bonjour, je ne suis pas tout à fait d’accord avec la pensée que parce qu’il y a plus malheureux, nous devrions être heureux. Pour moi, le malheur d’autrui n’est pas un gage de notre bonheur. Ce n’est pas parce qu’ils sont malheureux ou plus malheureux que nous, que nous serons plus heureux. Cela ne me satisfait pas. Je déplore qu’il existe de la misère, du malheur, des guerres etc…, mais cela n’entre pas en compte dans mon bonheur ou ma souffrance. Et puis, je crois avoir appris dans mes textes spirituels que quand il y a comparaison, il y a égo. Maintenant, si nous regardons ce qui est soi-disant »mieux », nous devons, aussi regarder ce qui est « moins »

  2. fred
    |

    Je suis tout à fait d’accord avec vous Béatrice. Le bonheur n’est pas vraiment comparaison et la comparaison est ego. Mais comme souvent les gens comparent leur situation aux autres, je pense qu’il est important alors de regarder aussi bien ce qui est mieux, que ce qui est moins bien, pour ne pas se mentir.

    Ceci apprend un regard différents et amènent des pensées différentes. Ceci amène à regarder indirectement ce qui est bien dans notre vie, alors qu’autrement nous ne le voyons même plus. Et lorsque nous regardons à nouveau ce qui est bien dans notre vie, ceci génère des pensées plus agréables.

    En fait, peu importe ce qu’on a, c’est la façon dont on le regarde qui compte.

  3. béatrice
    |

    après avoir laisser cette pensée faire son chemin,qui est de voir ce qui a d’agréable chez nous, en nous appercevant que, peut-être, en comparant notre situation à la situation plus extrème d’autrui. J’en ai déduit que vous aviez raison Fred, que cette manière de fonctionner, réveille la « gratitude » latente en chacun de nous. La gratitude est, je crois, un sentiment qui embellit la vie et qui attire encore plus de bien-être et d’opportunités favorables.

    • fred
      |

      Bravo pour le cheminement Béatrice. Oui c’est bien ça le but c’est de réveiller ce sentiment de gratitude. Sentiment essentiel dans la joie de vivre et le bonheur, et qui, comme vous le précisez, permet que la vie vous comble encore plus.
      Souriez à la vie et la vie vous sourira !

Laisser un Commentaire

Error! This email is not valid.